Porsche 962C Tamiya 1/24 Part 1

Base Tamiya Ref : 24097.

 

La base date des années 90, je compte ne conserver, que les pneus et peut-être le châssis inférieur. Tout le reste sera corrigé et amélioré à l’aide de pièces résine maison. Je ne peux pas faire moins, la maquette de base est bien trop médiocre, ce qui est plutôt inhabituel pour Tamiya.

Pour la décoration, je ne sais pas encore, la planche fournie est très vieille et difficilement utilisable. Pourtant le choix de la déco va influencer le choix des pièces utilisées : capot long ou capot court, radiateurs, je verrais bien. Je ne vous cacherai pas que toutes ces « variables » avec les 962 me cassent les noix. Les photos, que j’ai pu glaner ça et là sont déprimantes. Venant du 1/32 WWII, où il quasiment obligatoire, de compter le nombre de rivets sur un fuselage, j’ai de l’entrainement et les compétences, mais je me demande si le jeu en vaut la chandelle.

Mais sur ces voitures, entre les différentes configurations, le Mans, IMSA, JSPC et j’en passe, c’est un peu démotivant. D’autant que je doit en plus corriger la ou les formes des pièces Tamiya, ce qui représente beaucoup de travail et de d’énergie.

 

J’avais commencé en découpant l’avant de la Tamiya, mais le plastique « Tamtech » est plus dur et se fends, si on force un peu trop. Les lignes de découpe sont complexes également, j’ai tordu, toutes mes lames d’outils Tritool. ça commence mal, d’autant que j’ai décidé de découper entièrement chaque panneau, comme sur la vraie.

Il faut aussi compenser la matière enlevée, pendant les opérations de sciage et rattraper les courbes. Du mastic polyester Sintofer et de la carte plastique, sont d’une aide précieuse.

Le cockpit ne convient pas pour mes critères de détails, aussi je ponce et rabote les surfaces, pour obtenir quelque chose de plat, sur lequel, je puisse ajouter des panneaux rivetés par mes soins, méthode, que j’ai expérimenté pour la création de pièces de P-38 Lightning au 1/32.

 

La pièce Tamiya d’origine, boîte Shell (cockpit moulé en plastique gris), les détails apparaissent bien mieux, sur la photo, par rapport à la même pièce moulée en plastique noir dans la boîte Blaupunkt. Dessous, la pièce Tamiya entièrement poncée, montre toutes les « rustines » en carte plastique blanche.

Là vous vous dites « Il est fou!… » je vous répondrais « oui, à lier… » Bien sûr, je vais devoir boucher les emplacements béants, qu’on laissé la découpe des panneaux.Sur plusieurs photos, j’ai vu que la 962 avait un trou coté gauche, par lequel passent ce qui semble être des durites qui sont reliées à une espèce de pompe. Bref, après avoir rempli le vide du coté gauche, je reperce (cherchez pas).

Une fois cet emplacement terminé, j’ai découpé des patrons en papier, pour les reporter sur de la carte plastique. Après quelques ajustements, muni d’une pointe spéciale, je poinçonne, sans percer les plaques. C’est une tache rébarbative, mais moins que sur un P-38 au 1/32 (pour les initiés). Les fixations de l’extincteur, sont réalisées en carte plastique également, mais rapportées, afin de ne pas charger le « Master » du cockpit, le moulage en résine, n’en sera que plus réussi.

Tous les panneaux sont collés avec un pinceau trempé dans du trychlo, cela ramolli la surface (de la pièce Tamiya) et permet de bien faire adhérer le panneau. Il faut du doigté sur le dosage, trop de trychlo et vous ferez fondre le panneau, pas assez et sera gondolé, bref il faut de l’expérience. Le second problème est que le trychlo « tends » la pièce et vrille le « master » au bout de quelques mois, d’où l’intérêt du retirage en résine, en plus on peut reproduire ses pièces en petites séries.

Le montage se déroule mieux que je ne le pensais, d’autant plus, que je retrouve rapidement mes marques (je n’avais pas pratiqué depuis plus de 13 ans).

Comme vous voyez, le tirage résine du cockpit, corresponds à ce que j’attendais et cela m’ouvre de nombreuses perspectives de montage (arceaux en l’occurrence). La pièce moulée est installée dans la carrosserie, ça me permet d’avancer sur le capot avant et la partie centrale (bouchon essence et prise NACA).

Au cours des essais d’ajustage sur la carrosserie, je me suis dis, que je devais essayer de l’insérer dans une 962C Hasegawa. La pièce s’intègre parfaitement, ce qui va me permettre de recycler l’arrière et le châssis de la Hasegawa (rien ne se perds, décidément).

à suivre…

Publicités